PrésentationDiscoursDiaporamaLoisirs - DiversContact - SitesInterv. du 25.4.Interv. du 21.3.Retour accueil


Intervention du 21 mars 2013 au Grand Conseil de Genève à 17.21 h.
 

R 706 Proposition de résolution de Mmes et MM. Antoine Droin, Roger Deneys, Marie Salima Moyard, Melik Ôzden, Lydia Schneider Hausser, Irène Buche, Christine Serdaly Morgan : Un accord de libre-échange avec la Chine qui préserve les droits de l'homme (initiative cantonale)

En ce qui concerne l'accord de libre-échange, il est pour le moment gelé. Il va sans doute être à nouveau mis à l'ordre du jour quand la nouvelle équipe chinoise sera bien en place. On peut simplement se réjouir que la Suisse cherche à développer son activité économique dans la partie la plus active du monde et celle et au développement le plus rapide. A voir la catastrophe qui s'annonce en Europe, où après avoir injecté 500 milliards d'euros dans le système pour soutenir et sauver les banques, on voit qu'il suffit qu'une petite nation comme Chypre - dont le PIB est la moitié de celui du canton de Genève se trouve en difficulté pour que le système menace de crouler, il est quand même sage de varier ses sources de revenus.

Cela étant, cette résolution a deux défauts majeurs. Le premier, c'est qu'elle se mêle de ce qui ne nous regarde pas ; les relations internationales dépendent de Berne. Ensuite, c'est surtout un message inamical et inutile envers un pays qui a toujours eu des rapports privilégiés avec le nôtre. Les Chinois sont des gens très sensibles à la manière. Et puis n'oublions pas non plus que notre balance commerciale avec la Chine est positive, quand peu de pays peuvent dire de même. Alors bien sûr, l'UDC est d'accord de promouvoir les droits des gens et de la démocratie. Mais si la Chine est loin de remplir toutes les conditions concernant les droits de sa population, il faut quand même dire que les progrès ont été gigantesques. Comparez la Chine de Mao à celle d'aujourd'hui : je crois vraiment que cela n'a rien à voir.

Enfin, cette résolution c'est aussi deux poids deux mesures : si on refuse de commercer avec la Chine ou qu'on demande, pour ces accords, que les droits de l'homme soient pris en considération, je ne vois pas pourquoi on ne ferait pas la même chose, par exemple, avec les Etats-Unis ! Est-ce que les droits de l'homme sont toujours bien respectés aux Etats-Unis ? Est-ce que les Etats-Unis ne déclarent pas des guerres qui, parfois, sont simplement des prétextes et qui conduisent à tuer des milliers de personnes ? Est-ce que les prisons de Guantanamo respectent les droits de l'homme ? Non. je crois que si on veut vraiment moraliser tous nos échanges commerciaux, on va peut-être pouvoir commercer avec Andorre et puis la République de Saint-Marin...

Une voix. Et encore !

M. Eric Leyvraz. ... Et encore, je n'en suis même pas sûr. Je suis persuadé - et l'UDC aussi - que c'est en améliorant nos échanges avec la Chine que nous apporterons l'aide la plus appropriée à ce pays et la meilleure réponse à cette situation, par notre exemple, et que les Chinois - qui viennent de plus en plus nombreux en Suisse - ne manqueront pas de s'en inspirer et d'en tenir compte. Alors pour l'UDC, cette résolution est facile à classer, elle doit aller à la poubelle. Et je trouve quand même que franchement, Mesdames et Messieurs les députés, ce parlement veut parfois schtroumpfer un peu plus haut que son schtroumpf.
 
 

Merci de m'apporter votre soutien lors de la votation du 15 avril 2018 !

Eric Leyvraz, vigneron et ingénieur EPFZ

Président du Grand Conseil de la République et Canton de Genève
Membre de la Commission des finances, du contrôle de gestion, de l'environnement-agriculture
et des affaires communales et internationales
Conseiller municipal de la commune de Satigny /Genève
Membre du Conseil d’Administration et du Bureau stratégie des SIG

 

 

Mise à jour du : 17.02.2018 15:57